Gael Kyriakidis grandit à Fribourg (CH) et cultive très tôt un attrait pour le chant, la comédie et la bricole sophistiquée. Enfant, elle réalise des émissions de radio sur un enregistreur-cassette où elle assure l'animation et les intermèdes musicaux; elle invente également sa propre petite langue exotique, le "coeurain", qu'elle reprendra plus tard dans ses chansons. Elle aime la musique des années huitante, les jeux, la voyance, les esprits magiques, les plantes et le rebetiko.

Après plusieurs projets en solo et collectifs (Gaelk, Beaumont), Gael crée Pony del Sol lors de sa résidence à la Cité des Arts de Paris. Ce pseudonyme étranger et lumineux lui permet de présenter, à la manière d'un kaléidoscope, un univers musical éclaté où tout se transforme en permanence. On y traverse le chaud et le froid, on y croise des lolitas séductrices ainsi que des petites tribus ethniques fictives.

Son premier disque éponyme et sorti en mars 2013 abrite 10 chansons pop où sa voix transformiste donne corps à une série d'histoires et de portraits aux ambiances singulières. Le tout compose un cadavre exquis qui révèle un imaginaire débridé et un goût certain pour le mélange des genres. Elle enregistrera la plupart des titres dans son appartement, en les habillant de claviers Casio et Farfisa, de ukulélé passé à la disto, ainsi que de batteries vintage electro. 

En concert, sa présence scénique, sa drôlerie et son mordant font mouche en formule cabaret aussi bien que sur des grandes scènes. Elle se produit en duo, avec Benoît Gisler (guitare, basse, clavier, chant) ou en groupe, accompagnée de Sacha Ruffieux (guitare, basse), Grégoire Pasquier (guitare, basse) et Fabrice Seydoux (batterie).

Pony a reçu les soutiens de la FCMA et du Service Culturel de l'Etat de Fribourg